Menu

27.2.13


Saïd, Saïd et Jonathan ont ensemble une femme :
« Mon attitude. n’a pas de sens,  ma manière de manier la vie. n’a pas de sens, ma persévérance en matière de sevrage. n’a aucun sens, ma folie d’embrasser sur les photographie. n’a pas de sens, mon nez qui est bien court. n’a pas le sens qu’il faudrait, mes seins qui sont énormes. n’ont aucun sens, mes dents qui insistent pour tomber quand je mâche des bêtes. n’ont pas de sens, les images dont je m’entoure continuellement. n’ont aucun sens, elles n’ont aucun sens et d’ailleurs je m’en fatigue et d’ailleurs, par ailleurs je suis d’une grande fatigue qui d‘ailleurs puisque j’en parle n’est pas vraiment la mienne, que je porte mais qui – tu le sais bien - n’est pas vraiment à moi, qui m’est tombée par hasard par dedans, mais qui appartient à cette chose un peu vulgaire qu’est l’immense inconnu. Mon fils Daniel est partisan de l’immense inconnu, c’est pourquoi je l’admire. Je ne veux pas vivre très longtemps, tout m’est une lassitude. Je veux bien essayer d’agrandir ma patience, je vais te dire quelque chose mon petit chéri : tu marcheras seul, tout ton temps. »

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire