Menu

24.5.12

Incantation de purification


Hors de la tribu, nourri à l’eau chaude. Nourri d’une eau chaude et épaisse, si épaisse. Les oiseaux la parlent. Nourri d’une eau très primitive, si proche qu’ils l’appellent matière de Dieu. Nourri, nourri si nourri qu’ils en meurent avant toute chose. Avant même la naissance de toute chose. Toute autre chose.
Ni la course ni l’être vif
ni la pierre ni son couronnement
ni la feuilles ni les pores qui les suintent
Hors de la tribu. Pour tous. Avant même toute chose. Toute surface lisse ou rocailleuse. Toute langue coupée du haut d’un cercle jaune. Qui retourne la terre.
Qui retourne les terres
Qui retourne
Qui retourne
Qui retourne les terres
Qui retourne
Dans les mousses noires
des couteaux mous des arbres. Des clôtures. Des signes.
 Dans les poches d’abord ainsi que les trois flèches qui font la consistance du plus petit des éléments.
Dans un relâchement de la mastication des yeux à la forêt à l’habitude des entrepôts,
à la sauce qui parfume le sang.
Dans n’importe quelle mousse noire
de couteau et hors de la tribu.
Nourri, si nourri. D’une eau.
Parmi les mourants de la terre.
Parmi des objets nouveaux de nerfs et de cartilage.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire